Le cloud en vedette à l'Inforum

janvier 12, 2016
Infor vient de tenir sa grand-messe européenne annuelle, au Palais des Congrès de Paris. L'accent a été mis sur le cloud, presque exclusivement. Serait-ce le signe d'un virage cloud des ERP ? Il ne faut pas encore généraliser.

Nouveauté de la manifestation cette année : elle était européenne alors que les années précédentes une manifestation nationale se tenait dans chaque pays. De ce fait, il y avait évidemment beaucoup plus de monde. D'autant que l'assistance ne s'est pas limitée à l'Europe : l'Inde, l'Indonésie, la Chine ou encore l'Australie, pour ne citer que quelques pays, y étaient également représentées.

D'emblée, Stephan Scholl, président d'Infor, a planté le décor en annonçant 45 millions d'utilisateurs de ses solutions dans le cloud, solutions qui n'existaient pas il y a seulement 5 ans. Ce chiffre ferait d'Infor, selon lui, la plus grosse entreprise cloud du secteur industriel.

Comme on le sait, les solutions d'Infor se destinent au monde industriel ; on se souvient que dans les années 2000, Infor s'est constituée en rachetant successivement des solutions et leurs éditeurs, et non des moindres : Baan, Mapics, Lawson, SSA Global, Geac... au total, ce sont plusieurs dizaines d'entreprises qui, en 15 ans, sont passées dans le giron de l'américain, créant ainsi un formidable portefeuille applicatif fait de ce qu'il faut bien appeler "de bric et de broc". La dernière acquisition en date est celle de GT Nexus, une plate-forme de commerce dans le cloud, en août dernier pour 675 millions de dollars. La logique présidant à cette démarche de rachats effrénés n'était au départ pas du tout évidente.

Elle l'est devenue lorsqu'ION (Intelligent Open Network) est apparu. Ce middleware puissant, qui est "devenu la marque de fabrique d'Infor", souligne Stephan Scholl. Il permet notamment d'intégrer les nombreuses applications tournant sur plate-formes System i (ex AS/400) constitutives du portefeuille, mais aussi des systèmes tiers. Ce middleware se double d'une plateforme de collaboration sociale baptisée Ming.le. Et depuis, l'entreprise a adopté une stratégie simple, sans jamais y déroger, qui tient en trois points : se spécialiser dans le secteur industriel, faire appel à la science pour élaborer ses solutions et proposer des expériences utilisateurs appréciées.

Fonctionnellement, les diverses solutions sont souvent assez spécialisées et adressent des marchés verticaux. Car les micro-verticaux font aussi partie de la stratégie de l'éditeur.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Région
  • EMEA

Let’s Connect

Contactez-nous et un représentant vous contactera dans les 24 heures ouvrables.

Or connect via: Linkedin